Journée internationale des Droits des Femmes

Dimanche 8 mars 2020

Saint-Amé

Hommage à Évelyne Sullerot, généreuse donatrice qui a permis à la commune de Saint-Amé d’acquérir le site du Saint-Mont, haut lieu de la mémoire collective où fut bâti en 620 le premier monastère féminin d’Austrasie.

Née le 10 octobre 1924 à Montrouge [92], décédée le 31 mars 2017 à Paris, sociologue, militante féministe, Évelyne Sullerot est l’auteur de nombreux ouvrages sur la cause des femmes et la famille. Elle est cofondatrice en 1956 de l'ancêtre de ce qui deviendra en 1960 le mouvement français pour le planning familial.

14 h 30.- Café Citoyennes, salle des Kyriolés (21A, Grande rue, Saint-Amé). Entrée libre.

Table ronde sur les thèmes chers à Évelyne Sullerot : planning familial, place des femmes dans la vie politique, travail des femmes, égalité de traitement entre hommes et femmes. Personnes réunies autour de la table ronde : Laurent Sullerot, fils d’Évelyne Sullerot, et des femmes engagées au niveau régional et national pour la cause des femmes.

Cette rencontre se veut interactive, entre le panel d’invités et le public. Elle sera animée par une femme engagée, Krista Finstad-Milion, docteur ès Sciences de Gestion, enseignante-chercheure à ICN Business School Nancy-Paris-Berlin, référente égalité f/h et membre du groupe d’égalité f/h de la Conférence des Grandes Écoles, cofondatrice et présidente de l'association EST'elles Executive qui est aujourd'hui l'un des réseaux professionnels féminins les plus importants dans l'Est de la France/Luxembourg, maire sortante de Fontenay, commune vosgienne dans la communauté de communes de Bruyères-Vallons-des Vosges.

Les invités :

Claudine Renard. Ce qui caractérise Claudine Renard, c’est son engagement, tout au long de sa vie, aux actions bénévoles au sein d’associations locales, en commençant dès l’âge de 17 ans au sein de de la maison de jeunes. Selon l’âge de ses 4 enfants, elle a assuré les fonctions de présidente d’une association de parents d’élèves, membre des conseils d’école primaire et maternelle, du conseil d’administration du collège. En 1983, elle s’engage dans la vie politique en tant que conseillère municipale à Rambervillers : elle sera maire adjointe de 1989 à 1995. Elle est cofondatrice du Centre d’activités sociales familiales et culturelles (CASFC) de Rambervillers qui a œuvré à la création du Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour femmes victimes de violences (Centre d’hébergement et de réinsertion sociale) ouvert en mai 1985 après 7 ans de procédures. Elle y travaille pendant 25 ans en bénévole puis salariée de 1987 à 2010, comme cheffe de service jusqu’à l'âge de la retraite. Elle est toujours administratrice de l’association. Pendant tout ce temps, elle a milité au sein du Centre d’Information des Droits de Femmes et des Familles (CIDFF) des Vosges dont elle est présidente depuis 1997 et depuis 2017 présidente de la Fédération des CIDFF du Grand Est. En 2018, elle intègre le Conseil Économique Social et Environnemental du Grand Est. Elle est responsable d’un Groupe de travail Égalité et membre du COPIL Égalité du Conseil Régional. Elle reçoit le grade de chevalière dans l’ordre national du mérite en 2014.

Caroline Chery-Burger, femme engagée dans la vie associative dans le Grand Est et dirigeante d’entreprise. Elle est secrétaire de l’association EST’elles Executive, un réseau professionnel féminin crée en 2008 qui compte aujourd’hui 200 membres. EST'elles Executive est une association ouverte aux femmes exerçant des responsabilités en entreprise, dans des fonctions publiques ou associatives et de manière générale aux femmes de tous âges et tous horizons professionnels. Ses principaux objectifs sont de promouvoir les talents, les réussites et les ambitions au féminin, ainsi que les bonnes pratiques en matière d'égalité femmes/hommes. L’association citoyenne encourage le réseautage et la mobilité professionnelle des femmes dans le Grand Est, avec des antennes à Épinal, Nancy, Metz, Strasbourg et Luxembourg. Caroline Chery-Burger est également dirigeante associée de Original Training (équi-coaching) et TalentSpecialist habilitée. Après une première carrière dans le management de la culture et du marché de l’art, elle étend ses compétences à toute la palette des talents humains. Elle intervient sur les sujets tels que le leadership et le genre, le management du talent, l’interdisciplinarité en France et en Allemagne.

Laurent Sullerot, fils d’Évelyne Sullerot, conseiller d’orientation des jeunes, aujourd’hui retraité et basé à Lyon. Ayant grandi à Paris, il garde le souvenir d’une mère engagée avec une grande capacité de travail. La maison recevait souvent des visiteurs car sa mère y organisait des réunions de travail tout en élevant ses 4 enfants. Comme elle travaillait à la maison, elle parlait tout le temps de son travail. Les coups de fils étaient toujours pour sa mère, le courrier également. Elle écrivait vite et défendait les causes des femmes et plus tard le rôle des pères. Il garde de bons souvenirs de vacances en famille dans les Vosges au Saint Mont.

Les intervenants seront accueillis par Marcelle André, maire de Saint-Amé, qui en 2015 a rendu visite à Évelyne Sullerot à Paris avec d’autres élus stamésiens pour la remercier de son don généreux. Aujourd’hui, l’école maternelle de Saint-Amé porte le nom d’Évelyne Sullerot.

17 h 00.- Concert avec l'École intercommunale de musique

L’École intercommunale de musique présente un programme spécifique, avec des élèves et professeures féminines, donné en l’église de Saint-Amé. Entrée libre.

Au programme :

. Après un rêve, mélodie de Fauré, pour cor anglais et piano
. Messe des pêcheurs de Villerville, de Fauré et Messager, pour chœur de femmes et orgue
. Trios de saxophone, violon et piano
. Duos marimba et flûte, de Bach